Badass Fanarts : Le jour où on a ruiné votre enfance

Imaginons, vous êtes chez vous, et vous allumez tranquillement la télévision pour passer le temps. Ironie du sort, vous voilà à regarder les classiques des dessins animés, ceux qui ont bercé votre enfance, lorsque subitement vos héros préférés s’animent. Ils se métamorphosent en monstres sanguinaires et s’entre-tuent, de quoi traumatiser le jeune adulte que vous êtes. Deux possibilités s’offrent alors à vous : soit 15 kilogrammes de cocaïne viennent de se répandre au milieu de votre salon, soit vous avez dérivé sur un reportage d’un artiste français talentueux répondant au nom de Tohad. (Personnellement, je ne me drogue pas.)

En effet, deux à trois fois par semaines (oui, comme le chante Indochine), Sylvain Sarrailh publie sur son Tumblr des illustrations de la face cachée des héros de notre enfance. Le Dark Side comme on dit. On est loin du « Dirty Disney » mais certaines transformations sont assez flagrantes et tournent même vers le trash. Nos symboles sont détournés en criminels et rebelles d’une société… assez étrange si on y pense bien. On retrouve ainsi des personnages menaçants, hautains, d’où le nom, Badass Fanarts. On voit alors les Teletubbies se transformer en terroriste chimiques, Winnie en Ours-Garou, ou encore Alice en junky…

Badass Fan Arts

On a sous les yeux une véritable série, car ce qui me frappe en premier, c’est cette unicité entre les différentes illustrations. Le fond est uni, souvent de la même couleur, sur lequel une seule et même police vient afficher le nom du sujet. Les personnages également, représentent cette composition unique, centrés ou de trois quart face, dans des tons pastels ou plutôt vifs. N’ayons pas peur de le dire, ça me plaît. Déjà on sent que c’est pro, que c’est propre et cohérent. Ça donne envie.

Ensuite vient le sujet, choisi à merveille, il est parfaitement détourné. Je vous avoue que j’ai un faible pour les Télétubbies que je trouve ahurissants ici. M’enfin, l’iroquoise de Tintin est pas mal aussi, on dirait Vaas… C’est la technique, on y vient, qui permet de saisir comme ça ce côté refoulé mais pourtant rêvé de chaque personnage. Le trait est fin, méticuleux et saisit les émotions avec beaucoup de clarté. Les effets vaporeux sont sublimes et la tension est palpable. Le mouvement est bien présent, et l’imagination suggère de ce fait, la suite possible de l’action. On est pas dans  de la copie et pourtant on distingue nettement le symbole auquel Tohad fait référence. Et bordel, ce que les personnages deviennent classes,  c’est couillu et imposant. C’est là toute la force de cette réappropriation du mythe, ce qui nous fait littéralement aimer le Geek Art : une technique au service de symboles, de mythes qui permet à la culture pop de se l’approprier et de le redéfinir.

Il est français, et devinez quoi ? C’est même pas pour ça qu’on l’adore

Publicités

Pense à laisser un commentaire ;D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s