Dekrypton : Battlefield Hardline se dévoile

A l’approche de l’Electronic Entertainment Expo, communément appelé E3, les différents cadors de l’industrie du jeu vidéo dévoilent leurs prochains jeux et le nouveautés qui rythmeront l’année à venir. Alors qu’auparavant l’E3 était vu comme un tremplin, l’événement est aujourd’hui tellement médiatisé que chaque conférence se trouve masquée par un flot de nouveautés. Nintendo a notamment annoncé Mario Kart 8 par le biais des Nintendo Direct déjà emblématiques de la firme nippone. Aujourd’hui, c’est au tour d’Electronic Arts de nous en dévoiler plus sur le prochain Battlefield, à travers des leaks plus ou moins volontaires. Un seul mot me vient à l’esprit : Dekrypton.


Pour commencer, le Mardi 27 Mai fut l’occasion d’une mise à jour du  Battlelog. Comme souvent, des petits génies ont décrypté le code source (me demandez pas comment, ils y arrivent et c’est tout). A ce titre, le compte Twitter de Battlefield Daily et l’article de FWS Gaming ont listé l’ensemble des éléments actuellement en notre possession : armes, médailles, rubans classes et véhicules. On peut également remarquer que ce nouvel opus sera disponible sur les consoles dites nouvelle-génération mais également sur la Playstation 3 et la XBox 360, de quoi rassurer les plus récalcitrants d’entre nous. Naturellement, on retrouvera le jeu sur PC (mais je précise comme certains plaisantins des forums semblent douter !).

Un nouveau rebondissement dans la découverte du jeu est le trailer qui est sorti ce Mercredi 28 Mai. Auparavant connu sous le nom de code Battlefield Omaha en interne, un nom est maintenant clairement affiché : Battlefield Hardline. Le jeu sera réalisé par le studio Visceral Games (connu pour Dead Space) Vous commencez à comprendre le fonctionnement, on vous laisse regarder ces sept minutes de trailer, avant de revenir plus en détail sur ce qui nous est servi.

 

SWAT, drogues et rock’n roll.

Tout d’abord, Dice et Visceral nous proposent un univers encore inexploré. Après la seconde guerre mondiale, le Vietnam, le présent et même le futur, la licence opère un virage radical en traitant de la guerre contre le crime. Cette opposition classique entre SWAT et délinquants tend à nous rappeler Counter Strike. L’ennemi central n’est donc plus le terroriste, mais bien le trafic de drogue et les braqueurs de haut vol. Le choix semble purement assumé car l’intégralité du jeu est tournée vers ce concept qu’il s’agisse du multijoueur ou de la campagne. Ainsi, véhicules blindées, et gadgets de l’armée rejoignent l’arsenal des forces de l’ordre, alors que motos rapides et mitrailleuses s’associent aux criminels. En cela, le jeu semble s’éloigner de ce qui faisait son âme. Le joueur n’incarne plus un soldat, mais un policier et le jeu semble privilégier le côté tactique au dézinguage burné d’ennemis par dizaines auquel nous avions été habitués.

Un tactical shooter ?

Apparemment, fini les frags en masse, Battlefield Hardline semble prendre l’aspect d’un tactical shooter, comme a pu l’être Payday 2, jeu avec lequel le rapprochement n’est pas innocent, on peut le voir sur les scènes de prises d’otages. Les 128 joueurs simultanés que l’on atteignait sur Battlefield 4 ne semblent plus d’actualité. Le jeu souhaite miser sur la coopération tactique. Ainsi, on a recensé quatre modes de jeu :

  • Heist : des braqueurs, des flics, une banque. *BOUM* explosion, *ZIUM* tirs *ZCRANG* billets *WOUAW* Grosso modo, un braquage rythmé par du gunfight, le but étant de faire le score le plus important possible. Ca ressemblerait pas à un Team Deathmatch ?
  • Rescue : le braquage dont on vous a parlé précédemment a mal tourné, et vous devez – selon votre camp – protéger ou délivrer des otages. Encore une fois, on prend le mode Rush et on l’adapte.
  • Hotwire : une course poursuite enflammée entre policiers et truands. Le peu de détails me pousse à croire qu’EA va recycler les phases de poursuite que l’on peut trouver dans Need For Speed. En d’autres mots… Qu’est ce que ça fout là ?
  • Blood Money : une pille de jolis billets verts trône chez nos dealers et le SWAT semble bien décidé à la ramener au bercail. Une forme déguisée de Capture The Flag, où une équipe défend et l’autre se lance à l’assaut. Pourquoi pas.

Des modes intéressants sans doute, mais qui reprenne des base déjà bien connues. Ce n’est donc pas de ce côté là que le jeu va marquer un véritable tournant. J’en viens donc maintenant à un élément insignifiant qui a retenu mon attention. Qui dit tactical, dit coopération, et on voit apparaître à l’écran l’espace de quelques secondes des tyroliennes ainsi que des grappins. Couplé à une destruction plus poussé, cela me vend du rêve, véritablement. La voix off De quoi faire un baroud d’honneur de folie entre gratte-ciels et palmiers. Arrêtez moi je plane !

Même à la frontière mexicaine il ne fait pas toujours beau…

Plusieurs points noirs semblent se dessiner à travers ce trailer. A commencer par la campagne solo où l’on incarne Nick Mendoza (nom cliché du Mexicano-Américain), un policier voulant se venger de ses anciens partenaires qui étonnamment se trouvent être des dealers (cliché du Mexicano-Américain vengeur).  C’est donc une vision manichéenne et totalement stéréotypée qui transparaît de ces quelques secondes qui nous sont livrées.

Un deuxième point m’ayant déçu est la customisation qui aura lieu à l’aide d’un porte monnaie in-game, de quoi privilégier le farm et les boosts sous formes de micro-paiements. Inutile de vous faire comprendre que l’on en avait pas besoin. Il y a de fortes chances que les vétérans soient avantagés près seulement quelques semaines de jeux.

 

Pour finir, le constat que je porte sur le trailer de ce Battlefield Hardline semble s’apparenter à celui que j’ai dressé lors du Dekrypton du nouveau Call of Duty. Les deux FPS majeurs se répondent, en jouant la carte de la diversité, aspect très dangereux qui peut entraîner une sorte de jeu catalogue tirant sa source d’autre licences phares, mixés en un jeu sans consistance propre. Ainsi Counter Strike, Need for Speed et Payday 2 semblent apparaître comme références, alors que le thème principal court clairement au devant d’un rapprochement avec Gran Theft Auto. De cette manière, le terme Battlefield n’est plus si approprié  que cela, mais le choix du studio marque le respect et sa communication intrigue autant qu’elle attise nos envie de joueurs. Les joueurs seront divisés à coup sur, mais la franchise sort des sentiers battus et de sa zone de confort, pour venir titiller les adeptes des tactical shooters qui avaient jusqu’alors délaissé Battlefield. Rendez vous le 9 Juin à la conférence d’Electronic Arts pour découvrir l’annonce officielle de ce blockbuster risqué.

Complément d’informations :

Aujourd’hui, Jeudi 29 Mai, Visceral Games réagit sur Twitter en affirmant que Battlefield Hardline aurait été annoncé de toute manière avant l’E3. Le trailer daterait de plus de 6 mois, et était destiné aux réunions internes d’après Steve Papoutsis, le vice-président de Visceral Games et producteur exécutif de ce Battlefield. En conclusion, la conférence Electronic Arts nous apportera sans doute plus d’informations en terme de moteur graphique. Affaire à suivre.

Publicités

2 commentaires

  1. Ils devraient commencer par faire un produit parfait dans leur soit disant zone de confort… Ils vont perdre beaucoup…

  2. Le problème c’est que cet opus fut dev en un an. Face à l’échec des MoH EA n’avait pas le choix de lancer une nouvelle licence dérivée de BF. L’idée est bonne, en pratique j’ai peur que le contenu soit très léger et mal équilibré

Pense à laisser un commentaire ;D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s