Ils sont les justiciers de l’Internet. Découvrez pourquoi…

Sur Internet, on trouve deux types de masochistes. Les premiers se font fouetter à coup de cravache en cuir pour le simple plaisir du voyeurisme collectif, tandis que d’autres s’instaurent boucs émissaires pour préserver nos âmes.

Irrités par les les sites putassiers faisant du nombre de clics à la minute la seule richesse d’un contenu, quelques courageux se sont lancés dans une lutte terriblement efficace contre le clickbaity, en majeure partie sur Twitter. En tête de file, @SavedYouAClick suivi plus récemment par le français @clicdemoins, tous deux réunis sous le slogan « Don’t click on that. I already did. » Qui sont ils ? Que font ils ? Pourquoi le font ils ? A suivre dans Compléments d’Enquête sur Croc’Ggeek.

Le cancer du journalisme

Tout d’abord, expliquons ce qu’est le clickbaity pour nos amis anglophobes. Il s’agit littéralement d’un « attrape-clics », que l’on peut définir plus clairement comme une volonté de faire du buzz avec une information, ou un titre sensationnel, le plus souvent exagéré. En effet, alors que certains sites misent sur un contenu de qualité (tu as pensé à Crocgeek ? C’est bien, voilà ta croquette mon petit.) et un questionnement critique sur des thématiques de fond, d’autres n’hésitent pas à multiplier les articles vides de sens, de professionnalisme et de véritable information. Une prétendue découverte scientifique, un ragot sur des célébrités ou une croyance populaire sur nos pratiques sexuelles deviennent l’objet d’un article viral qu’on se partage entre deux défis Facebook à la con. Slate, TF1, BFMTV, Melty, Buzzfeed, en France, les exemples sont aussi multiples qu’alarmants.

 

En d’autres termes, ce qui aurait pu faire l’objet d’un simple tweet de 140 caractères, se retrouve propulsé sur une plateforme déjà noyée sous les publicités. La news est enrobée dans un tissu mielleux de conneries juste bonnes à remplir les blancs *jackpot* on a trouvé la recette des pires articles du Net. Même si le journalisme en général est une forme de clickbait, certains sites le poussent à son paroxysme. Alors, le clic engendre la vue qui engendre l’argent, le cercle vicieux est lancé et rien ne semble l’arrêter. Rien ? Presque.

Un gros fuck pour l’attrape-cons

Save You a Click

Nous les avions évoqués plus haut, @SavedYouAClick et @clicdemoins, sont deux collègues, l’Américain ayant inspiré le Français. Leur procédé consiste à créer un compte Twitter, puis à suivre tous les comptes pourris cités plus haut. Ensuite, ils attendent patiemment que de nouvelles tentatives de clickbaity arrivent dans leur timeline et lisent l’article en question. Après ce dur moment où ils ressentent l’impression de « se fourrer un sac de gravier dans l’arrière train » (citation de Blazingzboub), ils reviennent sur Twitter pour synthétiser leur réponse sous forme de retweet manuel en réponse directe au site d’où provient l’article. Procédé qui a sans doute pour conséquence de titiller les nerfs des community managers dont on ruine le travail. Néanmoins, il est impossible d’être exhaustif ni de vivre de tels projet comme l’explique le créateur de Saved You A Click lors d’une interview donnée à Vice ce qui explique le caractère épars des tweets.

 

Naturellement, même si les deux comptes connaissent une popularité conséquente (respectivement 130.000 et 1000 abonnés), ils ne changeront pas la face du monde et les articles continueront de pulluler sur Internet, c’est certain. Pourtant, ces comptes sont un moyen de percevoir autrement l’information, comme nous le disions déjà lors de l’analyse du projet Minimalist News. Enfin, même s’ils témoignent d’un problème majeur, les réponses sont souvent drôles quand on voit à quel point chaque tweet est un bras clic d’honneur à tous ces salopards. L’initiative est géniale et ces deux comptes entrent directement dans la catégorie « A suivre » pour tous les utilisateurs de Twitter. A ce titre, ils sont plus une évolution de la consommation de chacun, qu’un véritable impact sur le mode de fonctionnement des sites putassiers. Drôle, osé, et à but-non lucratif, ça c’est une idée comme on les aime.

Libre à vous de créer votre propre anti-clickbaity, orienté sur un site en particulier à la manière du compte @HuffPoSpoilers, ou sur un sujet en général : le design, les jeux vidéo, les technologies, le cinéma. Et parce que nous livrons une analyse d’un phénomène sociétal, couplé à la recommandation de personnalités de l’Internet, on vous offre la possibilité de partager gratuitement notre article, c’est offert par la maison.

Publicités

Pense à laisser un commentaire ;D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s